Francois Piquet, art contemporain, Guadeloupe

     
  ArtWork  
     
  Réparations  
     
  Utopie de la libération  
     
  Jean de Souche  
     
  Les Archipels du moi  
     
  Equipaje compartido  
     
  NOU  
     
  LE FER & LA PEAU  
     
  Mounpapyé  
     
  Darboussier  
     
     
     
  Résidences  
     
  Expositions  
     
  Bio  
     
     
     
  Autres projets  
     
  Art & espace public  
     
  Scolaires et Ateliers  
     
  Milieu hospitalier  
     
  Autres formes  
     
     
     
     
   
     
  www.francoispiquet.com  
     
   
       
  Une création contemporaine populaire et protéïforme  
     
  François Piquet vit et produit dans le "Tout-Monde", ce "laboratoire du monde d'après" qu'est la Caraïbe. Il fait le pari d'expérimenter artistiquement la "créolisation" d'Edouard Glissant, et les imprévus d'une création contemporaine populaire, protéïforme et profondément humaniste.

Sculptures participatives, installations in situ, interventions en milieu urbain, utilisation de la video, du livre... Mais aussi immersion sociale du geste artistique : création de collectif, travail associatif, squat artistique...
Sa démarche est résolument contemporaine, intégrant dans des oeuvres - à entrées et choix multiples - des signes sur la nature de l'art, la place de l'artiste, la formalisation de problématiques sociales, à travers des processus de création utilisant la notion de travail visible, tangible, et l'expérimentation constante de nouvelles formes, matières et médias, pour impliquer le public dans le processus créatif.

Avec un impératif : l'accessibilité de l'oeuvre, pour replacer l'art dans ses fonctions sociales.
 
       
  Bio    
      François Piquet : a self-taught jack-of-all artist
  Né en région parisienne, il obtient un diplôme d'ingenieur et un DESS en Design Industriel, avant de s'orienter vers le chant et la création musicale, qu'il mène de front avec une carrière dans le graphisme et le multimédia.

Arrivé en Guadeloupe en 2000, il s'oriente professionnellement vers la vidéo et développe en parallèle sa production plastique, pour une première exposition de peintures en 2005.
Il créée ensuite Collactif, un collectif d'interventions artistiques urbaines, qui participe en 2007 à la "Réappropriation de Darboussier" (une ancienne usine de sucre), manifestation pendant laquelle il tresse sa première sculpture, monumentale, avec des lames de fer utilisées autrefois pour le cerclage des tonneaux de rhum. C'est une révélation.

Ses premières sculptures sont acquises en 2008 par le département et la région Guadeloupe (Musée de la canne, Memorial Act). En 2009, il fait partie des membres fondateurs d'Awtis 4 chimen, association de plasticiens qui occupe le Musée L'Herminier, à Pointe-à-Pitre, et co-produit le 1er Salon d'Art contemporain de la Guadeloupe, en 2010.
Il présente ensuite sa première exposition personnelle, " LE FER & LA PEAU ", en Guadeloupe et en Martinique, et installe des sculptures dans les rues de Marseille au cours d'une résidence de création en 2011. Il continue son exploration de la création contemporaine et caribéenne en 2012, à Puerto-Rico, République Dominicaine et Sint-Marteen. En 2013, il axe sa production sur les espaces publics, par des interventions urbaines temporaires et des oeuvres publiques pérennes en Guadeloupe, Martinique et France, avec toujours cette volonté de recherche et d'expérimentation de la Caraïbe, doublée d'une implication sociale forte.
 

Born in Paris, he became an industrial-design ingeneer, before turning to singing and musical creation, with a career in graphic design and multimedia design.
Arrived in Guadeloupe in 2000, he moved to professional video and developed in parallel solo production, for his first paintings exhibition in 2005.
He then created "Collactif", a group of urban artistic intervention, which participated in the 2007 "Reappropriation of Darboussier" (an old cane sugar factory), an art event where he braided his first sculpture, monumental, with iron strips that were used to hoop rum barrels. It was a revelation.
His first sculptures were purchased in 2008 by the Guadeloupe administrations (Museum of the cane, Memorial Act). He continued to produce and experiment and participated in numerous exhibitions. In early 2009, he was a founding member of "Awtis 4 Chimen", association of visual artists occupying the "L'Herminier" Museum's at Pointe-à-Pitre, and co-produced the first Salon of Contemporary Art in Guadeloupe in 2010.
He then presented his first solo exhibition, "IRON & SKIN" in Guadeloupe and Martinique, and installed sculptures in the streets of Marseille (France) for an artistic residency in 2011.
He's now working on new projects, still experimenting the numerous ways of contemporary art.

       
  Expositions
Collections
Publications
   
       
  Mots : plusieurs convictions, doutes, sens et buts    
       
  L'humain est au centre de ce que je veux produire.
L'art est pour et par tous possible, envisageable, enviable, bénéfique.
On s'en fout, de l'artiste, de la forme de son nez ou de savoir si c'est un salaud. Ce qui compte, c'est ce qu'il livre. L'important c'est l'oeuvre et l'ouvrage, aux sens larges.
Chaque pièce est une rencontre unique, qui doit beaucoup au hasard et le reste à la volonté et à la sensibilité, comme nous tous, un "tout" fabriqué à partir de "riens", si elle fonctionne.
Le rôle social de l'art est à mes yeux essentiel, bien sûr que je veux changer le monde.
Je n'aime pas le terme de "récupération", il induit la notion péjorative de "déchet".Qui peut établir la non-valeur d'une chose, où d'un être ?
   
     

 

       


François Piquet, 25 chemin de la roche, Dubedou, 97118 Saint-François, Guadeloupe - (33)(0)590 47 08 94 - (33)(0)690 36 86 24
contact@francoispiquet.com