Francois Piquet, art contemporain, Guadeloupe

     
  ArtWork  
     
  Réparations  
     
  Utopie de la libération  
     
  Jean de Souche  
     
  Les Archipels du moi  
     
  Equipaje compartido  
     
  NOU  
     
  LE FER & LA PEAU  
     
  Mounpapyé  
     
  Darboussier  
     
     
     
  Résidences  
     
  Expositions  
     
  Bio  
     
     
     
  Autres projets  
     
  Art & espace public  
     
  Scolaires et Ateliers  
     
  Milieu hospitalier  
     
  Autres formes  
     
     
     
     
   
     
  www.francoispiquet.com  
     
   
       
 
 
     
 
      Résidence aux Esserres
     
Un grand merci à toute la famille des Esserres, pour la manière dont ils m'ont accueilli, et tout ce qu'ils font en général... Et ils en font...

Cette résidence, prévue dans le cadre de Essertival 2011, a été écourtée pour des raisons personnelles, et s'est même vue réduite à une poignée de jours de création.

Je dirai même plus : ARGH
J'ai eu le bonheur de rejouer avec le groupe, et merci à tous pour ce moment venu d'ailleurs.
       
      Sans titre
   

Bois, cordages, tissus, matériaux de récupération, chaises.
François Piquet, 2011

C'est une installation sur la notion de territoire, et plus particulièrement issue d'un choc : la redécouverte du continent.

Les 120 km parcourus depuis Paris à travers cette immense plaine céréalière dégagent une telle impression de richesse, de puissance...
Et simultanément, je projetai mentalement les tracés de toutes ces parcelles privées mitoyennes sur le paysage...
Une telle richesse n'appartient qu'au Roi, et aux roitelets. Pour le quidam, il s'agit d'une dimension inaccessible, sa liberté s'arrête aux limites de sa parcelle.

C'est toute la différence entre la Guadeloupe, mini-péyi, où l'on a le sentiment que l'on peut influer, peser, sur son environnement, et la France, où l'on ne peut que tirer son épingle du jeu, louvoyer entre les ecueils pour atteindre la destination souhaitée.

Il y a une autre différence : l'autre, justement.
En France, on peut repousser l'autre au delà des limites de son territoire. Qu'il se démerde avec le voisin.
En Guadeloupe, on ne peut pas rejeter l'autre, sinon il se noie. Il faut faire avec.

C'est un peu tout cela qu'a essayé de condenser cette sculpture, de voir le paysage avec des yeux d'ïlien, d'apporter un autre point de vue.

Et puis les mômes ont adoré pendant le festival !
Sans titre de propriété !

     
   
Untitled

This is an installation about the notion of territory, especially after a personal shock : the rediscovery of the continent, and its wealth.
For common people, it is an inaccessible dimension, his freedom stops at the boundaries of his plot.
In France, someone can push another beyond the limits of its territory. How he deals with the neighbor is his problem.
In Guadeloupe, you can not reject the other, or he drowns. You have to deal with him.

     
       
   
       
 
       
 
       
 
       
       
       
 
       
 
       
   
       
       
       
       
       


François Piquet, 25 chemin de la roche, Dubedou, 97118 Saint-François, Guadeloupe - (33)(0)590 47 08 94 - (33)(0)690 36 86 24
contact@francoispiquet.com