Francois Piquet, art contemporain, Guadeloupe

     
  ArtWork  
     
  Réparations  
     
  Utopie de la libération  
     
  Jean de Souche  
     
  Les Archipels du moi  
     
  Equipaje compartido  
     
  NOU  
     
  LE FER & LA PEAU  
     
  Mounpapyé  
     
  Darboussier  
     
     
     
  Résidences  
     
  Expositions  
     
  Bio  
     
     
     
  Autres projets  
     
  Art & espace public  
     
  Scolaires et Ateliers  
     
  Milieu hospitalier  
     
  Autres formes  
     
     
     
     
   
     
  www.francoispiquet.com  
     
   
       
   
 
 
 
Devoir de mémoire
Lames de fer tressées, aussière, sable.
220 (selon suspension) x 280 x 53 cm
François Piquet, novembre 2007.
 
Provenance des matériels employés :
Long : 61° 32' 04'' O - Lat : 16° 13' 48'' N
Longitude : 61° 23' 00'' O - Latitude : 16° 20' 56'' N
 

Ecrit dans le sable, soumis à l'érosion par les brasseurs d'air et piétiné par les gens "qui n'ont pas vu", le devoir de mémoire doit être perpétuellement réinscrit pour ne pas voir disparaître avec lui ce que nous sommes et d'où nous venons, sous peine d'oublier les responsabilités et les attentions que nous imposent notre place dans le monde.

Ce n'est pas une sculpture sur l'esclavage, mais sur les Antilles d'aujourd'hui, à l'heure de la fin de la repentance et des bienfaits de la colonisation comme politique de civilisation.

Horizontal et vertical, puissant et fragile, massif et aérien, noble mais mis à nu, mutilé, suspendu comme un pantin entre ciel et sable, entre passé et futur, viscères (des déportations transatlantiques et occidentales, blanches) tombant jusqu'au sol, lambeaux de la blessure océane au vent, les bras écartés comme pour repousser les murs d'une cellule qui se refermerait sur lui ou comme pour s'élancer dans le vide, ce gardien ancestral est bien vivant et nous impose le respect qui lui est dû et le souvenir, le devoir de mémoire.
Ce colosse de métal aux mains puissantes est l'action, mais amputé de sa liberté de mouvement, de son intégrité. Il implique la question de la partie manquante.
La réparation est-elle possible ? A l'evidence non. Mais la justice ?

"Devoir de mémoire" et "la dette" fonctionnent en dyptique, à distance l’une de l’autre.
Elles ont été tressées avec des lames de fer provenant de l'ancienne usine "Darboussier" de traitement de la canne à sucre à Pointe-à-Pitre, où elles servaient au cerclage des tonneaux de rhum.

 
Cette sculpture a été acquise en avril 2008 par le Conseil Régional de Guadeloupe pour la collection permanente du Mémorial de l’Esclavage en construction à Darboussier, Pointe-à-Pitre.
 
 
Lest We Forget
Iron blades braided, hawser, sand.

The sculpture was purchased in 2008 by the Regional Council of Guadeloupe for the permanent collection of the Memorial of Slavery under construction in Darboussier, Pointe-à-Pitre.
"Devoir de mémoire" et "la dette" work in diptych.
 
 
Description
Buste suspendu en lames de fer tressées, bras écartés à 180° à l'horizontale, mains ouvertes et verticales en opposition, tête et buste légèrement penchée vers l'avant.
Sous le buste qui s'arrête au niveau du diaphragme (des côtes) est fixée l'extrémité en lambeaux d'une grosse aussière blanche (environ 8cm de diamètre) qui pend jusqu'au sol où repose en partie "l'oeil" lové du cordage sur environ 1m2 de sable.
Sur le sable est tracé : "DEVOIR DE MEMOIRE".
  Un système d’accrochage en nylon a depuis été intégré à la sculpture.
   
   
   
       
   
  Les grandes sculptures en lames de fer tréssées :
Bèf chapé lizin
- Devoir de mémoire - la dette - Caricom - Barbarie, l'humanité mise à sac - Unité Kerviel - Dans un fauteuil - En blanc -
       
       


François Piquet, 25 chemin de la roche, Dubedou, 97118 Saint-François, Guadeloupe - (33)(0)590 47 08 94 - (33)(0)690 36 86 24
contact@francoispiquet.com