Francois Piquet, art contemporain, Guadeloupe

     
  ArtWork  
     
  Réparations  
     
  Utopie de la libération  
     
  Jean de Souche  
     
  Les Archipels du moi  
     
  Equipaje compartido  
     
  NOU  
     
  LE FER & LA PEAU  
     
  Mounpapyé  
     
  Darboussier  
     
     
     
  Résidences  
     
  Expositions  
     
  Bio  
     
     
     
  Autres projets  
     
  Art & espace public  
     
  Scolaires et Ateliers  
     
  Milieu hospitalier  
     
  Autres formes  
     
     
     
     
   
     
  www.francoispiquet.com  
     
   
       
  Mounpapyé
- La Passeuse - NOU - Timoun Mawsey -
- Autoportrait sur 4 chimen - NOU - Timalle - Véyé soti aw' - Lamante - Une grande famille -
- Autre doubout - Doubout - Doubout bleue - Moi assis - Alien Nation - Fou rouge -
       
      Alien nation - Alienasyon
 
Alien nation
Mounpapyé ("paper people") series
paper, resin, metal, wood

Installation consists of three busts (blue, white, red) hung side by side on the wall.
This is obviously an artistic contribution to the "great debate on national identity". Indeed, the French West Indies are a glaring example against this theory of common national core identity, a proof by contradiction of the ineptitude of this "debate", and, at the same time, a fertile ground of this national identity question in an acute and recurrent way.

The nation hangs on the wall of the beloved homeland the trophies of the great colonial safari that make today's wealth, provided to enshrine her children in the same base, returning memories, inverting historical figures.

It is more about hypocrisy when it comes to national myth!

 
 

série des Mounpapyé
papier, polyester, tôle, bois, vis, clous
François Piquet, mars 2010
Installation composée de 3 bustes (bleu, blanc, rouge) accrochés côte à côte au mur.

Les 3 sculptures, réalisées avec du papier chiffonné recouvert d'une résine colorée, sont enchassées sur des socles hexagonaux en bois et tôle et figurent des bustes d'humanoïdes, à la limite de l'humain (une tête, avec des orifices et des protubérances, un cou et des épaules), l'autre debout et pensant, le comble de "l'étranger".

C'est evidemment une contribution artistique au "grand débat sur l'identité nationale" d'Eric Besson (ministre français de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du développement solidaire), qui a trouvé une résonance toute particulière ici, en Guadeloupe, de manière ambivalente.

En effet, les Antilles sont un contre-exemple flagrant à cette théorie du noyau identitaire national commun, la preuve par l'absurde de l'ineptie de ce débat, mettant ainsi en lumière la perversité de la déclinaison populiste de ce thème et l'ostracisme qui en suinte; et les Antilles constituent en même temps un terrain porteur de cette question identitaire et nationale de manière aigûe et récurrente.

L'identité nationale hausse le ton et les couleurs, comme un maréchal d'empire plastronne en exhibant ses décorations, ses bijoux de famille, ses victoires et ses conquêtes dégoulinantes du rouge du sang des autres versé au combat, déversé au carnage du sacrifice des faibles sur l'autel de la grandeur et des valeurs (mobilières et immobilières) des oppresseurs.

La nation dévorante, prédatrice, accroche au mur de la patrie bien-aimée, "bienfaitrice", les trophées du grand safari colonial qui font sa richesse d'aujourd'hui : sa diversité bien-sûr !
A condition d'enchâsser ses enfants dans le même socle, de retourner les mémoires, d'accrocher tête-bèche les figures historiques.

On n'est plus à une hypocrisie près quand il s'agit du mythe national !

       
 
       
 
       
 
   
   
   
     
   
      ID bleu 20100301
      série des Mounpapyé
papier, polyester, tôle, bois, vis, clous
François Piquet, mars 2010

Réalisée avec du papier chiffonné recouvert d'une résine colorée bleue, enchassée sur un socle hexagonal en bois et tôle.

Sur le principe des bustes classiques, un humanoïde (une tête, avec des orifices et des protubérances, un cou et des épaules), un écorché à la limite de l'humain, bien vivant, luisant de ses tendons et de ses tissus, l'autre debout et pensant et aimant surement ses enfants, jovial, proche et si différent, le comble de "l'étranger".
   
   
       
   
 
     
      ID blanc 20100303
      série des Mounpapyé
papier, polyester, tôle, bois, vis, clous
François Piquet, mars 2010

Réalisée avec du papier chiffonné recouvert de résine, enchassée sur un socle hexagonal en bois et tôle.

Sur le principe des bustes classiques, un humanoïde (une tête, avec des orifices et des protubérances, un cou et des épaules), un écorché à la limite de l'humain, l'autre debout et pensant et aimant surement ses enfants, le comble de "l'étranger".

Le plus brutal des trois, le plus grossier... le plus laid
       
   
       
   
       
      ID rouge 20100302
      série des Mounpapyé
papier, polyester, tôle, bois, vis, clous
François Piquet, mars 2010

Réalisée avec du papier chiffonné recouvert d'une résine colorée rouge, enchassée sur un socle hexagonal en bois et tôle.

Sur le principe des bustes classiques, un humanoïde (une tête, avec des orifices et des protubérances, un cou et des épaules), un écorché à la limite de l'humain, bien vivant, luisant de ses tendons et de ses tissus, l'autre debout et pensant et aimant surement ses enfants, proche et si différent, le comble de "l'étranger".

Vraiment féminine à mes yeux en tant que buste... Elle me fait craquer quand elle me regarde avec ses grands yeux.
       
   
       
   
       
       
       
       
       
  Mounpapyé
- La Passeuse - NOU - Timoun Mawsey -
- Autoportrait sur 4 chimen - NOU - Timalle - Véyé soti aw' - Lamante - Une grande famille -
- Autre doubout - Doubout - Doubout bleue - Moi assis - Alien Nation - Fou rouge -
       
       
       


François Piquet, 25 chemin de la roche, Dubedou, 97118 Saint-François, Guadeloupe - (33)(0)590 47 08 94 - (33)(0)690 36 86 24
contact@francoispiquet.com